Artpoétique Marieka.p

Artpoétique Marieka.p

Article sans titre

mountain-landscape-2031539__340.jpg

C'est la vie,

 

 

Tu es partie loin de ma vie

Bien loin de tout bien loin d'ici

Je ne ressens pas de colère

Seulement un petit goût amer

 

Tant de souvenirs accrochés

Aux jours qui m'ont fait rêver

Sous le manteau blanc de l’hiver

Ou sous un ciel moins amer

 

Tant de silences allongés

Sur le rouge du canapé

Tant de douceur sous les heures

Qui m’ont donné un peu d’bonheur,

 

Mon cœur est lourd comme un tambour

Rempli de larmes de troubadour

Qui se déversent  sans complexe,

Excusez-moi cette faiblesse.

 

Sur mes joues pleines d’amitié

Des larmes blanches cristallisées

Bien loin de toi bien loin d'ici

Tu restes toujours mon ami.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


11/05/2018
0 Poster un commentaire

Article sans titre

cothach-1790701__340.jpg

Une dernière fois,

 

Le temps a blanchi nos cheveux et nos vingt ans

Le vent a plissé nos yeux et nos mains

Mais il nous reste en mémoire ces instants

Merveilleux, les saisons, la lueur des matins,

 

Le lever du soleil qui ranime chaque jour

Ce souffle de vie qui nous rend vivant

Sur cette terre qui porte notre amour,

Ne laissons pas passer ces instants présents.

 

Regarde-moi comme si c’était hier

Donne-moi encore la douceur de l’amour

Dans ce présent qui s’envole en poussière

Quelques baisers avant le dernier jour,

 

Aime-moi encore, avant cet ultime voyage

Avant que nos mémoires deviennent séniles

Dis-moi ces mots que l’on dit à tout âge,

Fermons les yeux et partons en exil

 

Sur la rive le temps n’a pas d’emprise

Là où le monde des vivants n’existe pas

Aimons-nous encore sous la douce brise

Sans avoir peur de franchir le pas

 

Celui qui conduit là-bas, au-delà de l’éther

Dans ce monde inconnu de l’humanité

Rejoindre la source, les êtres de lumière

Pour une renaissance dans l’amour glorifié.

 

 

 

 


11/05/2018
0 Poster un commentaire

L’instant présent,

mist-3095524__340.jpg


 

L’instant présent,

 

 

Ne regardez pas les douleurs dernières

Ces regrets qui vous brûlent le cœur

Comme un feu qui attise la rancœur,

Vivez le présent ce trésor de l’univers

 

Même si la vie sème sur vos jours

Un immense champ d’épines

Devant vos yeux qui déclinent

A la vue de ses mauvais tours,

 

Telle la souffrance qui afflige votre âme

Aussi brûlante qu’un feu ardent

Ne laissez pas votre vie dans le tourment

Bâtez-vous pour essuyer vos larmes,

 

Vivez le présent comme l’ultime instant

Rapproche-vous de l’amour de dieux

A chaque matin qui dévoile les cieux

Semez cet amour d’une main de géant.

 

Caressez l’inconnu qui vous tire du sommeil

Cet esprit d’amour qui règne sur le monde

Respirez l’aube aux senteurs vagabondes

Ouvrez votre cœur au royaume éternel,

 

Laisse-vous aller à sourire au destin

Lâcher prise, vivez les secondes, les minutes,

Les heures dans l’allégresse, entendez la flûte

Des séraphins, espère, espère encore demain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


11/05/2018
0 Poster un commentaire

Dernier souffle,

turkey-1985086__340.jpg


Dernier souffle,

 

Ne pleure pas mon tendre amour

Oh non, ne pleure pas,

Ne compte pas les heures, les jours

Qui m’éloignent de tes pas,

 

Ne pleure pas mon tendre amour

Je t’ai laissé nos souvenirs

Dans un album jour après jour

Tu trouveras tous mes sourires,

 

Et le voilier d’or et d’argent

Qui porte encore notre bonheur

Les songes bleus de nos vingt ans

Sous des soleils tout en couleur,

 

Et puis la lune et les étoiles

Qui dansaient avec les dieux

Et qui peignaient ainsi la toile

Avec la couleur de tes yeux,

 

Oh non, ne pleure pas mon amour

Tu m’as donné tant de bonheur,

Tant de douceur jour après jour.

Tes sanglots longs brisent mon cœur !

 

Toutes ces années ensoleillées

Cueillaient le fruit de la passion

Pour nos lèvres assoiffées

Dans les draps blancs de notre union.

 

Je garderai en ma mémoire

Nos souvenirs et ton sourire

N’oublie jamais que notre histoire

N’était qu’un pas pour mieux grandir.

 

 

 

 

 

 


02/05/2018
0 Poster un commentaire

Au bout de la vie,

galaxies_stars_assortment_old_young_stephan's_quintet_hickson_compact_group_92_hubble-754403.jpg

Au bout de la vie,

 

Y a des jours comme ça où l’on meurt d’ennui

On ne sait pas pourquoi mais la vie est ainsi

On regarde passer le train de l’avenir

On n’en a plus beaucoup alors il faut sourire,

 

On a des cheveux blancs et le teint de Pierrot

Des souvenirs d’antan qui nous courbent le dos,

Une union tout en blanc, une alliance brisée

Des tonnes de tourments, une vie sacrifiée,

 

On rencontre en chemin des amours sans avenir

On a les yeux chagrins en les voyant partir,

Et puis c’est notre sang qui quitte cette terre

On a les yeux brillants qui coulent sur la pierre,

 

Et quand on a fait le tour de tous ces sentiments

A l’aube du dernier jour on marche droit devant

Et puis un peu plus loin on s’arrête sur un pont

On voudrait mettre fin sur un bout de carton

 

Et noyer son chagrin dans l’eau grise de la Seine,

Puis on croise un gamin qui caresse nos peines

En essuyant nos yeux d’un revers de main

Puis il vous dit adieu, ça ira mieux demain,

 

Alors, on s'en retourne avec nos souvenirs

Sur la Seine qui tourne qui nous a fait grandir

Et quand viendra l’orage seul sous le parapluie

Avec pour seul bagage un billet pour la nuit,

 

On rentre à la maison on embrasse le père

On pose des questions mais il reste en prière,

Son souffle nous entraîne en dehors de la sphère

Pour renaître au grand jour des entrailles de la mère.

 

On a peu de souvenirs à l’aube du premier jour

Juste un bout d’avenir pour partager l’amour.

 

 

 

 

 


25/04/2018
0 Poster un commentaire